Rouler ou ne pas rouler ?

 

La FUB mène l’enquête

Telle est la question que beaucoup de citoyens se posent : se déplacer à vélo ou en voiture ? La Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (la FUB) et ses partenaires ont lancé la première édition de l’enquête nationale « Baromètre des villes cyclables » disponible sur le site Parlons vélo. L’objectif était d’évaluer la cyclabilité des villes françaises à partir du ressenti des cyclistes. Les 113 000 réponses obtenues ont permis de mieux cerner les attentes des citoyens souhaitant se déplacer à vélo. Le gouvernement doit agir en faveur des usagers de mobilités douces en développant une politique pro-ambitieuse. Il est nécessaire de faire agir et de mettre en avant les bienfaits des mobilités douces : tant au niveau santé publique qu’au niveau écologique ou économique. Et oui ! Le vélo c’est bon pour le corps, la planète et le porte-monnaie ! On constate malheureusement que la sécurité est le principal frein à l’utilisation de la petite reine.

 

Les chiffres parlent d’eux même

L’étude met en évidence un certains nombres de points négatifs, notamment en ce qui concerne la sécurité. Ainsi, 80% des répondants (85% des répondantes) estiment que le vélo doit être séparé du trafic motorisé. Il est possible de mettre en place des voies cyclables rapides, comme on a déjà pu le voir dans de nombreux pays d’Europe. Ces zones de circulation sont réservées aux cyclistes et couvrent des distances plus longues que les pistes classiques. Elles leurs permettent de parcourir plusieurs kilomètres en toute sécurité. L’étude montre également que 90% des répondants estiment que les conditions actuelles ne permettent pas aux enfants ou aux personnes âgées de faire du vélo en ville. Le non respect des automobilistes envers les cyclistes en est la cause principale.

 

Les propositions de la FUB

La FUB propose dans un cahier d’acteur l’ensemble des solutions et stratégies que l’état pourrait appliquer pour améliorer le quotidien des cyclistes et développer la culture du vélo. Parmi 26 propositions, la fédération met par exemple en avant la nécessité de généraliser l’apprentissage du vélo. Les enfants doivent sortir de l’école primaire en maîtrisant la petite reine et son univers. L’état doit également mettre en place une stratégie efficace pour lutter contre le vol et augmenter les zones de stationnement. Il est en effet très difficile de trouver des zones de stationnement sécurisées à proximité des gares ou des transports en commun.

 

Le vélo c’est pas automatique

Et pourtant ! Si on compare les avantages entre le vélo et la voiture, la liste serait bien inégale. En plus d’être économique, écologique et bon pour la santé, la petite reine permet aussi de gagner du temps, surtout en centre-ville. Mais si les vélos ne sont pas encore majoritaires dans les rues (françaises j’entends), c’est parce que la culture de la bicyclette n’est pas encré dans notre société. On enseigne aux enfants les rudiments du vélo mais on ne leur apprend pas à le maîtriser parfaitement. Les enfants tout comme beaucoup d’adultes ne savent pas que la sécurité routière s’applique aux bicyclettes autant qu’aux voitures. La FUB propose donc dans son cahier d’acteur de renforcer l’enseignement autour du vélo en organisant des cours pour les enfants dès la maternelle, mais également pour adultes.

 

 

Le vélo a encore un bel avenir devant lui et l’aventure à deux roues ne fait que commencer. Espérons que des mesures soient prises rapidement et que le nombre de vélos en ville dépasse un jour le nombre de voitures.

A lire aussi : Les voies cyclables rapides fleurissent en Europe 

 

 

Dernière mise à jour le 11 décembre 2017

Laisser un commentaire


Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte