Le vélo : la France VS les Pays-Bas

 

 

Si de nos jours en France nous apercevons de plus en plus de bicyclettes dans nos rues, elles ne remplacent pas encore totalement les véhicules motorisés. Contrairement à d’autres pays comme la Norvège, la Suède ou les Pays-bas, où le vélo constitue, au-delà d’un loisir, un moyen de locomotion. D’où vient donc cette différence d’habitudes et pourquoi le vélo ne se développe pas en France autant que dans d’autres pays d’Europe ?

 

 

Le vélo comme plaisir quotidien

 

Aller au boulot à vélo séduit beaucoup de personnes (de France et de Navarre). Mais peu sont ceux qui saute le pas et enfourche leur bicyclette. Seulement 3% des français disent aller travailler à vélo contre 25% des Néerlandais.
Au Pays-Bas, tout est fait pour donner envier de faire du vélo. On le place comme un plaisir quotidien plutôt qu’un loisir dominical. Contrairement à la France, où la petite reine n’est pas considérée comme un moyen de déplacement mais un loisir ponctuel. De plus les infrastructures néerlandaises dédiées aux vélos sont bien plus développées celles que l’on peut trouver en France (vélo-routes, grandes pistes cyclables et parkings pour vélos).

 

Un parking pour vélo à Lahaye

 

Une question de sécurité

 

Melissa, étudiante ERASMUS à Lahaye nous a livré son expérience avec le vélo et la place qu’il occupe dans la vie des Néerlandais.

« Les transports en commun sont vides car tout le monde utilise son vélo pour se déplacer ». C’est un moyen de locomotion commun et un reflex pour la majorité des Néerlandais, quelle que soit la saison. La culture de la petite reine aux Pays-Bas est très « familiale ». Les parents et les enfants font du vélo ensemble (pour aller à l’école par exemple). Les petits apprennent très tôt à pédaler et à acquérir les reflex nécessaires à leur sécurité. De plus, le code de la route néerlandais est légèrement différent : les bicyclettes sont prioritaires par rapports aux autres véhicules et aux piétons.

En France nous enseignons aux petits les rudiments du vélo mais nous ne leur apprenons pas à le maîtriser parfaitement. Les enfants tout comme beaucoup d’adultes ne savent pas que la sécurité routière s’applique aux bicyclettes autant qu’aux voitures. Pour que le vélo se fasse une place dans les villes françaises, il faut non seulement développer les infrastructures, mais surtout apprendre les bases dès le plus jeune âge.

 

« Je ne sais pas si je ferai du vélo en France, je ne me sentirai pas en sécurité »

 

Tout comme Melissa, de nombreux Français (60%) hésitent à faire du vélo en ville (dans les rues de Paris notamment). Le code de la route n’est pas toujours respecté, les automobilistes sont agressifs, les voies réservées aux cyclistes ne sont pas assez développées. Faire du vélo en ville c’est être exposé aux dangers de la route. L’utilisateur ne prend aucun plaisir à faire du vélo : il survit plus qu’il n’apprécie.

 

Une différence de culture

 

Cette différence significative de culture de la petite reine provient premièrement d’une décision politique du gouvernement des Pays-Bas dans les années 70, qui a considéré que le pays devait prendre son indépendance par rapport au pétrole. Depuis 45 ans, les pistes cyclables fleurissent, des parkings pour vélos de plus en plus grand font leur apparition. Le nombre de cyclistes dépassera bientôt le nombre d’automobilistes.

 

Les vélos envahissent un pont

 

En France ça patauge, ça piétine. Les villes lancent peu à peu des plans vélos mais la bicyclette reste encore un moyen de locomotion secondaire. Outre les infrastructures inadaptées et pas assez nombreuses, l’image du vélo est teintée par la culture du tour de France. Le cyclisme est encore associé au sport.
Stein Van Oosteren, représentant de l’ambassade des Pays-Bas, met le doigt sur la différence de culture du vélo. Le média d’information Brut a recueilli ses propos :  « Quand vous tapez le mot cycliste dans Google ou un autre moteur de recherche vous allez immédiatement avoir des images d’hommes en lycra, entre 30 et 40 ans, sportif en train de faire du vélo de course. Alors que si vous tapez le même mot en néerlandais : vous allez voir des femmes, des hommes, des personnes âgées, des enfants en train de se déplacer, d’aller au théâtre, de faire des courses… ».

Il reste encore du chemin à faire pour la France mais récemment 200 parlementaires de toutes tendances politiques ont signé une tribune appelant le gouvernement à mettre en place un « ambitieux plan vélo”. Ils affirment que “le vélo est un mode de déplacement d’avenir” et qu’il n’offre que “des bénéfices : simple d’utilisation, peu onéreux, rapide, pratique, en phase avec son époque, s’adressant à tous sans distinction sociale ou géographique et bon pour la santé”.

 

A lire aussi : Le Nudge appliqué au vélo 

Dernière mise à jour le 26 avril 2018

Laisser un commentaire


Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte